Cinéma : Janis, un documentaire d’Amy Berg

Publié le 8 janvier 2016 à 12:50

Elle était sans aucun doute l’une des plus grandes ambassadrices de la contre-culture américaine dans les années 60. Plus qu’un hommage à une icone du rock’n’roll et du blues, ce documentaire nous plonge dans une époque aussi fascinante qu’exubérante, dans laquelle rejet de l’autorité, liberté sexuelle, pacifisme et paradis artificiels étaient les maîtres mots.

L’interprète de Peace Of My Heart aurait eu 72 ans cette année. Disparue en 1970 à l’âge de 27 ans, la chanteuse a marqué son époque de sa voix puissante et éraillée en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Sélectionné au festival de Toronto, au festival de Deauville et présenté hors-compétition au festival de Venise, le documentaire intitulé Janis, Little Girl Blue réhabilite à travers images d’archives, témoignages et extraits de concerts la vie agitée de la première lady du rock’n’roll.

Huit années de travail ont été nécessaires afin de dresser, le plus fidèlement possible, un portrait à la fois lumineux et sombre de l’artiste. Avec comme fil conducteur Cat Power en narratrice, c’est sans filtre et avec admiration qu’artistes, journalistes, familles et amis de la chanteuse décryptent la personnalité tourmentée et la rapide, mais néanmoins fulgurante, carrière de la chanteuse.

La réalisatrice Amy Berg, a récemment déclaré au micro de France Info vouloir présenter l’artiste comme une pionnière :

Janis, en général, n’apparaît pas dans le Top 10 des plus grands chanteurs de tous les temps, alors qu’elle a tellement apporté à la musique, hommes et femmes confondus ! Elle n’était pas représentée correctement, alors j’ai voulu lui donner une certaine humanité, pour que les gens se rendent compte à quel point elle était importante.

Une artiste singulière et étincelante, qui à la fin des années 60 quitte la formation Big Brother and the Holding Company pour se lancer dans une carrière solo avec ses groupes d’accompagnements. Deux ans avant Woodstock, elle embrase la scène du festival pop de Monterey (1967) devant un public conquis par la voix cosmique de cette jeune artiste moderne (voir à ce sujet le documentaire du cinéaste D.A Pennebaker).

Pour moi, Janis est l’une des femmes les plus importantes de notre siècle et assurément la plus importante du rock’n’roll.

En août 1969, c’est avec le Kozmic Blues Band qu’elle pousse sur la scène du festival de Woodstock ce qui sonne comme un dernier cri. Dans cette vidéo, elle interprète le morceau Try (Just a Little Bit Harder), extrait du premier album de Janis Joplin, I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama! (1969), fait disque d’or aux Etats-Unis en à peine deux mois. La version live figurera ensuite sur le quatrième album studio de Janis Joplin, Pearl, publié à titre posthume en janvier 1971 :

Ce biopic lève le voile sur les heures sombres de la vie de la chanteuse, qui a pourtant su mettre ses blessures et sa rage au service de son talent, construisant ainsi son propre mythe. À ce sujet, la réalisatrice a déclaré avoir pensé ce documentaire comme « une grande fête, comme l’étaient ses concerts, mais également une exploration de la face intime de Janis. Cétait une femme constamment en conflit avec elle-même »

Une vie aussi éblouissante que tragique, au même titre que celles de ses camarades de scène – tels que Robert Johnson, Jimi Hendrix, Brian Jones, Jim Morrison – eux aussi fauchés en pleine gloire.


janis-little-girl-blue

 

 

 

 

 

 

Janis Little Girl Blue, un film d’Amy Berg, 1h43, en salle depuis le 6 janvier 2016

Autres News

Schnock : « La revue des Vieux de 27 à 87 ans »

Pour son 18e numéro, la grand-messe de « Schnock » se révèle être une Grande Bouffe, celle de Philippe Noiret. Publiée aux éditions La Tengo, la revue trimestrielle créée en mai 2011 dépoussière la culture populaire des « Vieux de 27 à 87 ans » avec passion, humour et sans langue de bois. On en parle avec son co-rédacteur en chef, l'auteur-compositeur et interprète Christophe Ernault (alias Alister), également animateur de l'émission « Bleu, Blanc, Schnock » sur OÜI FM.

Au China, les Princes des Villes rendent hommage à Michel Berger

Grand fan de Michel Berger depuis l'enfance, le musicien et chanteur Jérôme Kério, également animateur de la matinale sur OÜI FM, monte le spectacle Au cœur de Michel Berger à l'été 2015 au côté de Grégoire Colard, ami et ancien attaché de presse de Michel Berger et France Gall. Pour Collector Radio, il revient sur la genèse de ce spectacle-concert qu'il souhaite à la fois moderne et fidèle à l’œuvre du prolifique artiste.

Le Printemps de Bourges fêtera ses 40 ans avec une « création spéciale »

Pour son 40e anniversaire, le Printemps de Bourges rendra hommage aux grands moments de l'aventure du festival en célébrant les liens qui unissent les artistes et les festivaliers à l'un des plus importants évènements de la saison musicale. C'est au Palais d'Auron que Dominique A, Jeanne Cherhal, Miossec, Bernard Lavilliers participeront à cette « création spéciale », confiée au producteur Frédéric Lô pour la direction musicale et au comédien Vincent Dedienne pour la mise en scène.