Michel Delpech : l’hommage

Publié le 6 janvier 2016 à 17:30

Depuis l’annonce de son décès le samedi 2 janvier des suites d’un cancer de la gorge, de nombreux artistes, politiques, médias et anonymes se sont succédés pour rendre hommage à la mémoire du chanteur. Ce vendredi, l’interprète du Loir-et-Cher sera inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris après la cérémonie religieuse qui se tiendra à l’église Saint-Sulpice à 11h, où de nombreuses personnalités sont attendues.

Avec ses tubes, Michel Delpech a marqué d’une empreinte indélébile l’âme de plusieurs générations. Il est la preuve que la musique résiste à l’épreuve du temps. Qui ne s’est jamais laissé surprendre à fredonner l’une de ses chansons, accoudé au comptoir d’un bistrot de quartier ? Car c’est aussi cela Michel Delpech, un chanteur populaire qui a su tenir la dragée haute à la variété française pendant près d’un demi-siècle.

En 1965, Michel Delpech rend hommage à la culture de café avec la chanson Chez Laurette, clin d’œil mélancolique au bistrot de Honfleur où il avait ses habitudes. Alors que la vague yéyé déferle sur les charts français avec à sa tête Johnny Hallyday en idole des jeunes, Delpech s’impose à contre-courant du style des chanteurs de l’époque. Pourtant, sa ballade romantique est plébiscitée par le public, notamment grâce à la radio qui la diffuse très largement.

Être jeune à la fin des années 60 en France c’est se déhancher au rythme du twist, du rock’n’roll et du madison. C’est alors un tout nouveau mode de vie à l’anglo-saxonne qui contamine les artistes français. Alors que Woodstock marque le succès populaire du rock’n’roll en 1969, Michel Delpech rend hommage à un autre grand festival avec la chanson Wight Is Wight, époque où les guitares des Who, d’Hendrix ou encore la voix nasillarde de Bob Dylan ont marqué la période hippie. La même année, Delpech rend grâce au succès fulgurant des Fab Four avec Paul chantait yesterday.

En 1971, Michel Delpech joue les amoureux transit en interprétant l’un de ses plus gros succès, Pour un flirt. Un succès fulgurant, qui surprend Michel Delpech lui-même, tant le morceau séduit aussi bien les oreilles des français que celles de nos voisins germaniques. À une époque où la France se veut de moins en moins puritaine, le chanteur remet au goût du jour une expression pourtant passée de mode.

Deux ans plus tard, l’auteur des chansons guillerettes chante les Divorcés, une ode à la réconciliation qui change les mentalités. Deux ans après la publication de cette chanson, la justice française vote la loi du divorce par consentement mutuel. Pourtant, derrière le sourire affiché par le chanteur sur la plupart des plateaux de télévision se cache une réalité plus amère pour l’artiste alors en pleine séparation. En 1979, Michel Delpech continue de chanter les ruptures amoureuses avec 30 manières de quitter une fille, qu’il interprète ici, en 1981, en duo avec Michel Fugain :

Que Marianne était jolie, chantait l’artiste en 1972, en hommage à la naissance de la République française. Une République qui aujourd’hui « pleure en ce début d’année un de ses meilleurs chanteurs », écrit le président François Hollande sur son compte twitter.

Autres succès considérables, Le Chasseur en 1974 ou encore Quand j’étais chanteur. Sortie en 1975, l’artiste grisonnant se projette à l’aube de ses 73 ans, nostalgique de sa gloire passée.

En 1977, le chanteur rend hommage au département du Loir et Cher, où il avait l’habitude de passer ses vacances étant enfant. Il y évoque les querelles coutumières entre habitants des villes et des campagnes à travers ce célèbre refrain : « On dirait que ça te gêne de marcher dans la boue. On dirait que ça te gêne de dîner avec nous ». Un département qui aujourd’hui salue la mémoire de l’enfant du pays, poète épicurien disparu à l’aube de ses 70 ans.

Au fond, qu’on les juge bonnes ou mauvaises, qu’on adore ou qu’on déteste, là n’est pas la question. Le répertoire très social de Michel Delpech a fait de lui un chanteur populaire, qui s’est adressé à tous les publics et à toutes les couches sociales. De la patronne la plus célèbre du Loir-et-Cher, aux chasseurs des bois et marécages en passant par la jeunesse, les hippies, Michel Delpech a chanté le quotidien des français, leurs joies et leurs peines, loin du microcosme du star system. Delpech ne flirtera plus avec son public, mais ses chansons continueront d’en perpétuer le joyeux souvenir.

Autres News

Schnock : « La revue des Vieux de 27 à 87 ans »

Pour son 18e numéro, la grand-messe de « Schnock » se révèle être une Grande Bouffe, celle de Philippe Noiret. Publiée aux éditions La Tengo, la revue trimestrielle créée en mai 2011 dépoussière la culture populaire des « Vieux de 27 à 87 ans » avec passion, humour et sans langue de bois. On en parle avec son co-rédacteur en chef, l'auteur-compositeur et interprète Christophe Ernault (alias Alister), également animateur de l'émission « Bleu, Blanc, Schnock » sur OÜI FM.

Au China, les Princes des Villes rendent hommage à Michel Berger

Grand fan de Michel Berger depuis l'enfance, le musicien et chanteur Jérôme Kério, également animateur de la matinale sur OÜI FM, monte le spectacle Au cœur de Michel Berger à l'été 2015 au côté de Grégoire Colard, ami et ancien attaché de presse de Michel Berger et France Gall. Pour Collector Radio, il revient sur la genèse de ce spectacle-concert qu'il souhaite à la fois moderne et fidèle à l’œuvre du prolifique artiste.

Le Printemps de Bourges fêtera ses 40 ans avec une « création spéciale »

Pour son 40e anniversaire, le Printemps de Bourges rendra hommage aux grands moments de l'aventure du festival en célébrant les liens qui unissent les artistes et les festivaliers à l'un des plus importants évènements de la saison musicale. C'est au Palais d'Auron que Dominique A, Jeanne Cherhal, Miossec, Bernard Lavilliers participeront à cette « création spéciale », confiée au producteur Frédéric Lô pour la direction musicale et au comédien Vincent Dedienne pour la mise en scène.